En plein ❤ de la Vallée de l'Alagnon
Historique de la commune de MOLOMPIZE
Historique de la commune de MOLOMPIZE
Historique de la commune de MOLOMPIZE
Historique de la commune de MOLOMPIZE
Historique de la commune de MOLOMPIZE
Historique de la commune de MOLOMPIZE

Historique de la commune de MOLOMPIZE

Situation :
Le bourg de Molompize est situé sur le versant oriental du massif volcanique cantalien qui s’oppose aux vents venant de l’ouest, pourvoyeurs de pluies et axé sur la vallée de l’Alagnon qui, tantôt roule dans les gorges ses eaux d’une dizaine d’affluents, tantôt s’étale dans des petites plaines fertiles et bien orientées dont Molompize fait partie.

Climat et culture :
Son climat privilégié a favorisé la culture des arbres fruitiers dans ses belles prairies arrosées par un système de béals et de canaux établi par nos anciens. Le maraîchage et l’horticulture sont pratiqués en fond de vallée dans de riches terres alluvionnaires et dans des serres. Sur ses coteaux bien orientés la culture de la vigne, culture ancestrale, a été relancée depuis quelques années sur les palhàs maintenant célèbres.

Historique :
L’histoire de Molompize semble commencer vers l’an 800 quand un moine venu de Conques s’est établi sur une des montagnes dominant la vallée (St Sauveur). Sur le sommet il bâtit une cellule et un oratoire. A l’oratoire succéda une chapelle et un cimetière où, du plateau et de la vallée, on venait pour des convois funèbres quand sévissaient de grandes épidémies.
On pense que ce sont ces moines venus du Rouergue qui introduisirent la culture du châtaignier et de la vigne dans notre vallée.
Les moines bénédictins de l’abbaye de Conques avaient fondé un prieuré d’hommes à Molompize. Du bâtiment de ce prieuré il ne reste qu’une tour engagée dans la maçonnerie du presbytère actuel.

à Molompize :
L’église paroissiale Ste Foy fut bâtie vers 1130 par ces moines de conques. Malheureusement remaniée en 1838 elle conserve du bâtiment primitif « le chœur vouté en berceau, accoté de deux absides et terminé par une abside circulaire »
Le bâtiment a été inscrit, en totalité à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, le 28 décembre 2006.

Dans l’Eglise se trouve :
- l’autel monolithe de la fin du XIème siècle, MH, 4 novembre 1908
- Vierge en majesté du XIIème siècle, Notre Dame de Vauclair, MH -13 juin 1922 du XIIème
- Vierge à l’enfant du XVème, MH - 4 novembre 1908
- Statue de St Foy du XVIIIème

à Vauclair :
Hameau de la commune qui possède une chapelle remarquable bâtie par les Pères Augustin de la Couronne, alors au Diocèse de Cahors, œuvre de transition roman-gothique du début du XIIIème. Très heureusement restaurée de 2003 à 2005 elle a bénéficié d’une restauration générale extérieure et intérieure. Classée Monument Historique le 4 novembre 1908. Ruines de la tour Rochemurat qui dominent le village.

à Aurouze :
Ruines du château-fort dominant le village d’Aurouze, détruit entre 1306 et 1308 sur décision du Parlement de Paris, suite aux brigandages de son violent propiétaire. Il a été reconstruit par autorisation du Roi Philippe Le Bel à partir de 1309. Il est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques le 19 décembre 1972.
Les grandes familles qui l’ont possédé :
- Les barons de Rochefort (du début du XI à 1383)
- Les de Courcelles de Breuil (1383 à 1476)
- Les d’Urfé (1477 à 1493)
- Les de Bouillé du Chariot (1493 à 1603)
- Les de la Vernède d’Aurouze de (1613 à 1653)
- Les de la Vernède d’Auriac (1653 à 1764)
- Les Gillet d’Auriac (1764 à 1794)

Le 2 septembre 1792 les biens de la famille Gillet furent déclarés nationaux et vendus le 2 mars 1794 aux enchères.
Le château, déjà en ruines, fut acquis pour 640 livres par le meunier du village qui le tenait à bail.

Le musée école (reconstitution d’une salle de classe avec pupitres, encriers, abécédaires, tabliers et sabots, coin repas…, belles cartes géographiques. et c’est aussi dans cette classe que fut tournée un des films de l’Instit avec Gérard Klein.

Les villages et hameaux de la commune conservent un patrimoine rural intéressant, parfois très ancien et souvent restauré : des fours, des travails à ferrer, lavoirs et abreuvoirs en lave du pays, fontaines et puit, des vieux ponts mais aussi le village vigneron de la Roche avec sa vieille architecture typique.